La porte Cailhau, une des nombreuses portes de Bordeaux

Ancienne porte défensive de la ville, elle était à l’origine située dans le rempart. Construite à la fin du 15ème siècle, son décor évoque le temps des guerres d’Italie, menées entre autres par le roi Charles VIII dont la statue figure au centre de la façade, côté fleuve. Elle se trouve sur la place du Palais, entre la rue du Palais de l’Ombrière et les quais. De plus, c’est l’un des monuments les plus visités à Bordeaux.

 

L’histoire de cette porte

La porte fut édifiée au moment de la victoire du roi contre les Italiens, à Fornoue, aidé de nombreux seigneurs bordelais. Elle servit donc d’arc de triomphe, monument traditionnellement dédié aux victoires. C’est sans doute pourquoi elle ne fut pas détruite au 18ème siècle lors de la destruction du mur de ville.

En arrière de la porte se trouvait le Palais de l’Ombrière, résidence des Ducs d’Aquitaine qui fut édifié à la fin du 10ème siècle. En effet, elle devient la résidence des rois d’Angleterre jusqu’au 15ème siècle, Richard Cœur de Lion. Fils préféré d’Aliénor y séjourna quelques temps. Le Palais devient ensuite le siège du Parlement de Bordeaux, fréquenté par Montaigne au 16ème siècle et Montesquieu au 18ème siècle.

 

L’architecture et son caractère médiéval

La porte Cailhau, appelée aussi la porte du Palais révèle un caractère médiéval grâce au décor sculpté et à certains éléments architecturaux. Il est caractéristique de la transition Gothique-Renaissance, de par ses accolades situées au-dessus des fenêtres à meneau, sa toiture conique, ainsi que ses dais flamboyants au-dessus des niches. Cela annonce un caractère plus décoratif.

Par exemple, on remarque à plusieurs endroits tels qu’aux soubassements de fenêtres ou aux angles de portes, des personnages inquiétants. Tous ceux-ci caractéristiques de l’époque médiévale. On y aperçoit également, des représentations animales et chimères sculptés dans la pierre.

On peut voir également, une scène théâtrale sur la façade tournée vers les Quais. En effet, elle représente deux anges portant un écusson à trois fleurs de lys surplombé par une couronne royale disposée sur un haume. Le tout au centre d’un chapiteau, décoré de fleurs de lys, au-dessus duquel trône un personnage pittoresque semblant observer la scène.

 

L’ancienne forteresse

La porte Cailhau faisait partie des murailles qui composait les remparts de la ville. Avec une hauteur de 35 mètres, elle a su s’imposer comme une des portes les plus imposantes de la vieille ville bordelaise.

Depuis ses magnifiques charpentes de chêne, un panorama majestueux s’ouvre sur le doyen des ponts de Bordeaux : le Pont de Pierre. Du côté de la ville, on peut apercevoir la trace de l’ancien rempart d’environ 2 mètres d’épaisseur et 8 à 10 m de hauteur.

 

Pourquoi le nom « Cailhau » ?

Le nom de la tour signifie caillou autrement dit calhau en gascon. Cette porte se trouve en face du quai du Caillaü, d’où naturellement ce nom. De plus, ce nom est partagé avec la famille bourgeoise bordelaise médiévale des Cailhau ou Caillau, qui, habitant non loin de la porte fortifiée, ont contribué à perpétuer ce nom.

 

Visiter la porte Cailhau

La porte Cailhau ou la porte du Palais est ouverte aux visiteurs, et propose notamment une exposition pour faire connaître les outils et les matériaux qui ont servi à bâtir la ville. Grâce à un montage audio-visuel réalisé à partir de films anciens, vous serez immergés dans une époque où le monde de la pierre était prédominant.

La porte Cailhau vous tente ? Venez découvrir Bordeaux grâce à notre bus panoramique à 4 mètres de haut ! La visite audio-guidée et commentée de 70 minutes vous permettra d’en connaître davantage sur les monuments incontournables de Bordeaux.

 

Réservez en ligne

 

Informations pratiques

S’y rendre :

Place du Palais, 33000 Bordeaux

Tarif :

Entrée : 5 €
Tarif réduit : 3,50 €
Gratuit pour les enfants de 12 ans accompagnés

Visite libre sans réservation, dernière visite 30 minutes avant la fermeture.

Langue :

Français, Anglais

PARTAGER SUR LES RESEAUX SOCIAUX
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter