2017/07/01

Ouverture de la LGV Bordeaux-Paris

 

Inaugurée en février 2017, la LGV Bordeaux-Paris a enfin vu le jour. Cette ligne grande vitesse promet de relier Bordeaux à Paris en 2h04, soit 1h10 de moins comparé au trajet actuel.

 

Des travaux monumentaux

 

Le projet de la LGV a été mentionné pour la première fois en 1992. Il aura fallu 25 ans et quelques milliards d’euros d’investissement pour que le projet aboutisse. Ce n’est qu’en 2012 que les travaux titanesques commencèrent. Au total, 340 km de rails prolongent la LGV Atlantique qui relie déjà Tours et Paris. Pour la mise en œuvre de ce chantier colossal, 117 communes ont été traversées, 15 ouvrages d’art ont été construits (pont, viaduc, …) et 50 millions de m3 de terres ont été travaillées. L’installation des équipements ferroviaires (rails, caténaires, voies et signalisation) a débuté en 2014 pour s’achever en 2016. Courant de l’année 2016, ce sont des phases de tests qui sont lancées pour sécuriser la ligne dont la vitesse de pointe devrait atteindre les 350 km/h.

Une aubaine pour Bordeaux

 

La LGV est une vraie opportunité de développement pour la métropole bordelaise. Elle contribue à étoffer l’attrait touristique de la ville. Facilitant les transports avec la capitale française, la LGV compte bien développer l’économie de la ville en attirant des travailleurs parisiens. Et la SNCF tient à faire des efforts pour inciter les professionnels à emprunter sa nouvelle ligne (wifi à bord des wagons, file d’attente dédiée aux pros…).

 

Une ouverture très attendue

 

Le 2 juillet 2017 est une date attendue avec impatience qui officialisera l’ouverture de la ligne aux usagers. Cette date coïncide parfaitement avec la fin des travaux de la gare Saint-Jean de Bordeaux qui a subi une petite modernisation. C’est donc une gare flambant neuve qui va accueillir, comme il se doit, les millions de voyageurs. Pour l’occasion, 400 agents du réseau sont formés au pilotage de ces nouvelles rames depuis le début de l’année.

PARTAGER SUR LES RESEAUX SOCIAUX
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+